Il y a quelques années encore, les prairies d’espèces pures étaient les plus répandues. Avec le souhait des éleveurs d’être de plus en plus autonomes en protéines, les associations et les mélanges se développent.

Espèces pures, prairies associées… Comprendre les nuances

On parle d’espèce pure lorsque la prairie est composée d’une seule espèce.

La prairie d’association est une prairie composée d’une graminée et d’une légumineuse.

Le mélange est quant à lui constitué d’au moins 2 variétés d’une même famille de plante. Au maximum, il est conseillé de ne pas dépasser 6 espèces et 8 variétés dans le même mélange.

En règle générale, il est conseillé de ne pas dépasser 30% de légumineuses au printemps et 50% en été pour éviter les risques de météorisation mais aussi pour maintenir l’équilibre entre les espèces.

Les intérêts de l’association et du mélange

Une association permet :

  • D’améliorer et de répartir la productivité de la prairie

Production graminées et légumineuses

  • D’améliorer la qualité alimentaire du fourrage (ration équilibré en UF et PDI)

La légumineuse stocke l’azote de l’air (présent dans le sol) et le redistribue aux graminées. C’est une source d’économie considérable. La présence de légumineuses peut améliorer la pérennité d’une prairie (moins de vides).

Les limites de l’association

  • Le semis est plus délicat

Attention aux semences qui descendent au fond du semoir !

  • La gestion du désherbage est plus difficile
  • La proportion de légumineuses peut évoluer au fil du temps

Les clés de la réussite

  • Respectez les doses de semis et adaptez-les aux conditions pédoclimatiques
  • Remuez bien les semences dans la trémie pendant le semis et semez en 2 passages éventuellement
  • Adaptez la fertilisation azotée.

LG vous conseille aussi