Le choix d’une variété doit se faire en fonction de ses objectifs, de son terroir et de ses contraintes agronomiques. Pour chacun de ses critères, une solution existe.

Choisir une variété spécifique au maïs fourrage

Il est important de choisir une variété spécifiquement créée pour le maïs fourrage. Les critères de sélection d’un maïs fourrage répondent aux besoins du troupeau (digestibilité, fibres, etc.) qui sont diamétralement opposés à ceux d’un maïs grain. La digestibilité est un critère génétique stable quelque soit l’année.

Privilégier une bonne vigueur de départ

Choisir une variété avec une bonne vigueur de départ c’est plus de sécurité, d’homogénéité et une densité sécurisée. Le nombre de plantes/ha est la première composante du rendement final.

Pour répondre à ce point, LG propose la gamme Rapid’START regroupant des variétés ayant d’excellente vigueur de départ.

Sélectionner la précocité adaptée

Choisir sa précocité en fonction des conditions climatiques locales, de la date de semis ou de récolte. Le bon choix de la précocité va conditionner le rendement final, les conditions de récolte, la conservation et surtout la qualité de la ration ainsi que son coût économique.

Protéger ses semences des ravageurs

Maïs fourrage

Choisir un traitement de semences qui protège des ravageurs pour sécuriser le rendement au moment où le maïs est sensible (germination au stade 4-6 feuilles). Soit sous forme de traitement de semences enrobées autour de la graine, soit en micro-granulés dans le rang de semis.

Récolter trop tôt ou trop tard, des impacts économiques ?

Le maïs fourrage est un composant important de la ration destiné aux ruminants. Le taux de MS influence fortement l’ingestibilité. Lorsque le maïs fourrage est récolté vers 28% de matière sèche, le potentiel énergétique est atteint. Cependant l’ingestion est généralement moindre. Cette perte d’ingestion se constate aussi lorsque les maïs sont récoltés trop tard (MS > 38%).

Pour rappel, lorsque les animaux consomment 1 kg de MS en plus, leur production de lait peut augmenter jusqu’à 2 litres. Ce qui représente 128 €/vache/an pour 200 jours de lactation où le maïs est consommé.

Maïs fourrage

La précocité, un atout environnemental

Au-delà de l’intérêt économique des récoltes au stade optimal, l’aspect environnemental peut également être pris en considération. Dans les zones où les couverts végétaux sont rendus obligatoires en période hivernale, il est intéressant de pouvoir semer une interculture productive, tel un ray-grass d’Italie semé à la mi-septembre, pâturé en automne et exploité avant un semis de printemps au stade épi à 10 cm. Le choix d’une variété plus précoce peut répondre à ce besoin.

LG vous conseille aussi