Téléchargements

Le rendement des céréales est élaboré à partir de 3 composantes :

  • Le nombre d'épis par m² (capacité de tallage)
  • La fertilité d'épis (ou le nombre de grains par épis)
  • Le Poids de Mille Grains (PMG) qui correspond à la taille du grain

Les variétés se comportent différemment vis-à-vis de ces composantes et les combinaisons pour atteindre le rendement sont nombreuses.

Il est courant de considérer que les variétés ayant une capacité à mettre en place beaucoup de grains/m² (fort tallage X fertilité d'épis élevée) sont les plus productives. C’est vrai en l’absence de facteurs limitants en fin de cycle.
Tandis que les variétés à tallage modéré et gros grain ont un potentiel moindre, mais un meilleur comportement en situation de remplissage difficile : stress hydrique ou thermique.

Cette approche est globalement juste, mais les contre-exemples sont nombreux, à considérer comme autant de cas particuliers répondant à certaines situations de sol et de climat. Aussi, suivre les conseils basés sur des résultats régionaux tenant compte de plusieurs années d'essais est une attitude avisée.

Téléchargez ci-dessous nos classements pluri-annuels de composantes de rendement :

Ces classements sont évalués à partir de mesures effectuées dans des conditions « classiques ». Mais les variétés peuvent avoir des composantes sensiblement différentes dans des situations spécifiques. Par exemple, la variété APACHE est connue pour avoir un tallage très élevé et de petits épis. Mais en situation de densité très réduite et de manque d’épis, elle sera capable de compenser par une fertilité d’épis élevée. C’est la capacité de compensation de chaque variété qui confère une souplesse d’adaptation, et qui est difficilement quantifiable. Ainsi, avec les mêmes composantes, en situation de blocage sur un élément, certaines variétés vont compenser alors que d’autres peuvent « coincer ».

Retrouvez également toutes les informations sur les variétés du marché dans notre Guide des Semences.

LG vous conseille aussi