Pendant la période hivernale, certaines parcelles de céréales peuvent jaunir. Ces jaunissements de feuilles peuvent s’accompagner d’une croissance des plantules ralentie ou stoppée (nanisme), voire d’une disparition des plantes. A quoi sont dus ces jaunissements ? Plusieurs causes sont possibles.

Trouver les causes des jaunissements

Différentes pistes sont à envisager, et certaines peuvent se cumuler. Si plusieurs parcelles de la zone présentent les mêmes symptômes, il faut essayer de trouver le point commun, qui pourrait être :

  • Le précédent (avec des résidus de désherbant)
  • Les conditions climatiques de semis et/ou de levée (ex : semis en conditions très sèches et en non-labour : les résidus restent en surface)
  • Le type de sol qui peut être hydromorphe (asphyxie) ou au contraire sensible au lessivage et à faible minéralisation (entrainant des carences)
  • Une carence (accentuée dans les zones les plus superficielles de la parcelle)

Par exemple la carence en souffre fin tallage-début montaison provoque des décolorations ou des stries vert clair à jaune des jeunes feuilles. La carence en manganèse flétri les plantes, dessèche les feuilles, avec des symptômes plus prononcés sur les vieilles feuilles.

  • Une maladie

Telle que la jaunisse nanisante de l’orge (JNO) transmise par les pucerons qui se développent souvent en petits foyers. Le piétin échaudage provoque des jaunissements des feuilles les plus anciennes par la pointe. Il peut également s’agir de symptômes de mosaïques : pour en savoir plus, consultez notre conseil sur les parcelles contaminées par les mosaïques.

  • Des ravageurs

Comme les mouches des semis ou les oscinies qui pondent dans les plantules. Tout comme les ravageurs vecteurs de maladies (les pucerons pour la JNO ou les cicadelles pour la maladie des pieds chétifs), les mouches sont favorisées par des températures douces et par le non labour et le salissement des parcelles.

  • Des symptômes physiologiques

Ils expriment une réaction de la plante à un stress comme des amplitudes thermiques par exemple.

  • Des symptômes de phytotoxicité à des herbicides qui sont accentués par tous les autres stress.

La nuisibilité sera très variable selon l’origine, l’intensité et la durée des symptômes dans le temps.
Cela peut aller jusqu’à la perte de talles (donc d’épis par m2) ou même la disparition de plantes. Il est quand même rare que les dégâts conduisent à retourner les surfaces concernées.

Soigner sa culture

Les solutions sont aussi nombreuses que les causes sont différentes, mais certaines peuvent être envisagées en préventif, comme d’enfouir les résidus de la culture précédente avant le semis par un labour.

S’il s’agit d’une carence, il est possible d’effectuer un apport de l’élément déficient (en évitant le lessivage). D’autres causes n’ont pas de « remède », comme le précédent, les conditions climatiques, le type de sol ou les réactions physiologiques : dans ces cas, aucun traitement n’est à envisager.

Dans tous les cas, la visite de la parcelle par un expert (Arvalis, chambre d’agriculture, distributeur…) vous permettra de déterminer la ou les cause(s) de ces jaunissements et vous permettra de prendre les mesures appropriées.

LG vous conseille aussi