Outre le climat à l’échelle nationale, il faut prendre en compte les conditions climatiques de l’exploitation et des parcelles pour bien choisir ses espèces. Trois notions différentes liées au climat vont avoir une incidence sur le choix des espèces.

Le froid, facteur de risques

La majeure partie des espèces sont tolérantes au froid si elles sont bien implantées avant l’hiver, c’est-à-dire après le stade 3-4 feuilles. Cependant, en conditions très froides, les RGI et certains bromes pourront être sensibles.

La sécheresse, des conséquences néfastes sur les cultures

Soit la plante arrête de pousser et se dessèche, puis redémarre dès que les conditions hydriques le permettent, notamment pour :

  • Le RGA
  • Le RGH
  • Le festulolium
  • Le dactyle
  • La fétuque élevée
  • Les trèfles blancs et violets
Prairie
La fétuque élevée tolère bien les conditions estivales

Soit la plante se dessèche et meurt, c’est irréversible pour :

  • La fétuque des prés
  • La fléole
  • Le RGI

La chaleur, à craindre selon les espèces

La majorité des espèces poussent jusqu’à 30 - 35°C à condition que l’eau ne soit pas un facteur limitant.

Les RGA, RGI et RGH entre en dormance estivale à 23-24°C.

Pâture
Le ray-grass anglais n'est pas tolérant à la sécheresse

Pour ces plantes c’est un moyen de conserver leur énergie et de survivre. L’intérêt d’une association avec une légumineuse comme le trèfle blanc est donc primordiale pour qu’il assure un minimum de production l’été.

LG vous conseille aussi