En réponse aux questions des éleveurs sur le besoin de concentration de la ration par les fourrages produits sur l’exploitation, LG Semences a mis en place, en 2015 sur le Nord-Ouest France, un réseau de parcelles d’expérimentation afin de tester le comportement agronomique et énergétique des maïs en situation ensilage coupe haute.

Presentation-Gaec-des-normandes

En  2015, 4 parcelles d’expérimentation ont été suivies sur la région Nord-Ouest France (Haute Normandie, Somme, Nord et Pas-de-Calais). L’expérimentation a été menée sur un ensemble de variétés de type très précoces et précoces. Les bonnes conditions pluviométriques de l’année ont permis sur ces lieux des rendements maïs fourrage très élevés allant en moyenne de 17,5 t à 20,5 t en situation expérimentale à des taux de matière sèche moyen variables de 32,2 à 37,4 % de matière sèche plante entière.

La récolte s’est effectuée en deux passages sur les mêmes variétés, le premier en coupe normale de 12 à 15 cm de hauteur des tiges, le deuxième de 50 à 55 cm de hauteur des tiges. 

Rendement agronomique

Des maïs ont été récoltés dans de très bons états sanitaires avec des tiges puissantes, des feuillages encore verts et des épis globalement très bien fécondées.

L’écart moyen de rendement observé sur cette expérimentation démontre une perte de 1960 kg/ha pour la situation coupe haute mais avec un bonus de 2.37 % de matière sèche.

 Valorisation alimentaire

Globalement la coupe haute favorise tous les indicateurs de valeurs alimentaires de notre maïs fourrage. On observe une concentration amidon de + 19 grammes /kg de MS et une baisse de 13 grammes de cellulose.

La réduction des bas de tiges améliore le Dinag de + 1.91 pt et l’augmentation du taux d’amidon et de la proportion relative de feuilles améliore la Dmo de + 1.53 pt.

L’ensemble de ces éléments améliore la valeur énergétique de notre fourrage de + 0.027 UFL/kg de MS soit près de 1 litre de lait par jour en plus par l’aliment fermier pour une ration à 16 kg de maïs.

 Faut-il adopter ce système ?

Difficile de répondre à l'instant. Nous retrouvons les avantages de la concentration énergétique recherchée mais au prix d’un retour à la terre de près de 2 tonnes de matières organiques que nous retrouverons certes dans notre bilan fumure sur la culture suivante. Avant de prendre une décision, une étude économique s’impose. Cette démarche est à avant tout à raisonner selon son système fourrager et ses objectifs.

Réagissez et partagez vos remarques et vos expériences avec l'équipe LG Semences en cliquant ici.

LG vous conseille aussi