Climat 2019 encore très atypique

L'été 2019 a été marqué par deux vagues de chaleur qui ont concerné l'ensemble du pays. Elles ont été assez courtes à l'échelle de la France (6 jours) mais exceptionnelles par leur intensité. La canicule a été remarquablement précoce et de très nombreux records absolus ont été battus. En moyenne sur la saison et sur la France, la température a été supérieure à la normale de 1,7 °C, plaçant 2019 au 3e rang des étés les plus chauds (derrière 2003 avec + 3,2 °C et 2018 avec + 2,0 °C). Hormis une période de fraîcheur assez marquée durant la première quinzaine de juin et quelques refroidissements ponctuels au mois d'août, les températures sont le plus souvent restées supérieures aux normales.

Sur la France et sur la saison, la moyenne pluviométrique a été déficitaire de près de 20 %. La pluviométrie a été très contrastée et les perturbations ont été peu fréquentes. En revanche, de violents orages se sont accompagnés de pluies intenses, notamment en Corse et en Auvergne - Rhône-Alpes. Plusieurs épisodes de pluies diluviennes ont affecté la Corse ainsi que le Rhône, la Loire et la Haute-Loire. Sur ces régions, l'excédent a souvent dépassé 20 %. Les précipitations ont été plus conformes à la saison sur la façade Ouest, mais excédentaires sur la Bretagne et le sud de l'Aquitaine. En revanche, du Nord-Est au Limousin ainsi que du Languedoc à la région PACA, le déficit pluviométrique, généralement supérieur à 30 %, a localement dépassé 60 %.

À noter que ces conditions ont contribuées à un asséchement exceptionnel des sols superficiels dans certaines régions. Ainsi, les maïs peu enracinés suite aux conditions humides d’implantation au printemps, ont souffert lors des périodes de floraison et de remplissage, ne pouvant aller chercher l’eau en profondeur.

Les conséquences sont les suivantes :

  • Mauvaise fécondation (Stérilité pollen ; Avortement grain ; Soies sèches & décalage floraison mâle/femelle)
  • Remplissage limité du grain (Perte de rendement épi)
  • Dessication de la plante rapide et décalage de maturité entre plante et grain

De l'énergie pour les rations grâce au maïs 2019

Chaque année, LG effectue une synthèse nationale des valeurs alimentaires des maïs fourrage analysés en vert issus des essais clients dans toute le France, pour toutes les génétiques et toutes les précocités. Pour conserver une grande fiabilité des résultats, les échantillons retenus sont ceux dont la matière sèche est comprise entre 28 et 38 %.

  • Une matière sèche moyenne à la récolte de 32,8 %
  • Des maïs fourrage 2019 assez énergétiques
    • Teneur moyenne en UFL/kg MS = 0,92
    • + 2,5 % en énergie par rapport à 2018
    • De gros écarts entre les maïs (mini. : 0,71 ; maxi. : 1,02)
  • Une bonne digestibilité des fibres
    • Un climat peu favorable au remplissage du grain (du Centre-Ouest à l’Est de la France), ce qui équivaut à une teneur limitée en amidon
    • Bon niveau de digestibilité des fibres

Cette concentration énergétique du maïs devrait assurer une bonne performance de la ration de base et la bonne digestibilité des fibres permettra de valoriser tout le potentiel énergétique du maïs.

Les "+" en valeurs alimentaires des maïs HDi®

Logo-Hdi-Nouvelle-Generation

Avec les maïs fourrage HDi®, c'est toujours plus de DINAG (digestibilité des fibres), plus de protéines brutes et plus d'UFL pour une production laitières plus rentable. Quelles que soient les conditions climatiques, les variétés HDi® démontrent, année après année, leurs avantages pour les éleveurs :

  • + de digestibilité des fibres
  • + d’énergie
  • + de production laitière*

La plus-value, en valeurs alimentaires, des hybrides HDi® en 2019 est de :
+ 1,6 point de digestibilité des fibres (DINAG)
0,014 UFL/kg MS pour + 0,5 litre de lait/vache/jour*

Tableau resultats bulletin cru mais fourrage LG 2019
Synthèse réalisée pour les échantillons dont la matière sèche est comprise entre 28 et 38 %

2 variétés HDi® en tête

En comparaison des hybrides présents dans les mêmes essais, 2 variétés de maïs fourrage HDi® se démarquent tout particulièrement :

  • LG 31.295 HDi® : + 1,3 points de DINAG & + 0,01 en UF pour + 0,4 litre de lait/vache/jour*
  • LG 31.277 HDi® : + 1,5 points de DINAG & + 2% en UF pour + 0,5 litre de lait/vache/jour*

*pour une ingestion de 15 kg de matière sèche de maïs ensilage

Les maïs HDi®, productifs même en conditions difficiles

Avec les maïs HDi®, c'est l'assurance d'une production de fourrage de qualité même en conditions difficiles. Sur les cinq dernières années, les hybrides HDi® ont permis un gain moyen de :

  • + 2 points de digestibilité des fibres (DINAG)
  • + 0,013 UFL/kg MS pour une production laitière améliorée de + 0,44 litres lait/vache/jour*

Graphique cru mais LG HDi 2019

*Bonus de production laitière calculée pour une ingestion de 15 kg de matière sèche de maïs ensilage

 De grandes disparités régionales

La synthèse 2019 des analyses de maïs fourrage fait apparaître des différences notables de profils alimentaires entre régions :

  • des maïs fourrage très riches en amidon en Bretagne, Normandie, Pays-de-la-Loire et Sud-Ouest
  • des maïs moins chargés en amidon et avec des fibres plus digestibles sur les Hauts-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et Poitou-Charentes-Limousin

Tableau resultats regionaux cru mais fourrage LG 2019

Le risque d’acidose sera élevé pour les maïs avec une teneur en amidon supérieure à 35 %. Il conviendra d’assurer un apport de fibres de qualité et de veiller à respecter une teneur maximale de 22 à 25 % d’amidon/kg MS dans la ration complète.

Une excellente digestibilité des fibres et un niveau moyen d’amidon, comme avec les hybrides HDi®, permettent de valoriser tout le potentiel énergétique du maïs en limitant les interactions digestives au niveau du rumen. 

  bouton dossier HDi  

LG vous conseille aussi