Blé

Comment lutter contre les maladies des céréales ?

Comment lutter contre les maladies des céréales ?
Dans un contexte de réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires et de pression sociétale croissante, un des leviers pour l’agriculteur est la résistance variétale.
Les maladies des céréales peuvent être responsables de pertes de qualité et de rendement significatives, pouvant aller, selon les régions et les pratiques culturales, jusqu’à -40 % ! Face à elles, l’agriculteur dispose de plusieurs leviers possibles : agronomique, génétique et chimique.

La résistance variétale pour limiter l'utilisation de fongicides 

L’emploi de produits phytosanitaires est aujourd’hui de plus en plus controversé, tant au niveau sociétal que réglementaire. En fonction de la conduite de culture et des conditions climatiques, un seul traitement fongicide à dernière feuille étalée peut suffire avec une variété peu sensible aux maladies comme LG ABSALONLG ARMSTRONGLG APOLLO.

Découvrez le développement de LG ABSALON du semis à la récolte :

Pour la septoriose et les rouilles en blé, l’écart de rendement entre la variété la plus sensible et la variété la plus résistante peut atteindre 20 q/ha. Sans compter d’éventuels coûts pour des traitements spécifiques liés à l’année et aux pratiques culturales, une variété résistante permettrait donc une économie de 50 €/ha (source : Arvalis-Institut du Végétal). Par exemple, une variété ayant le gène de résistance au piétin-verse (pch1) n’a pas besoin d’être protégée chimiquement. La génétique permet donc de réduire les IFT (Indicateurs de Fréquence de Traitement). Le gain entre une variété sensible et une tolérante varie entre 0,7 et 1,1 IFT (source : Arvalis-Institut du Végétal). Ce type de variétés peut être cultivé à proximité des habitations ou sur des parcelles en zones péri-urbaines.
Résistance variétale pour lutter contre les maladies du blé

En orge, les maladies se développent avec une rapidité surprenante. Il est parfois difficile d'intervenir à temps avec la chimie, les mesures prophylaxiques sont à privilégier. Avec des variétés peu sensibles aux maladies, comme LG CASTING ou LG GLOBETROTTER, vous abordez plus sereinement les campagnes.

En plus de limiter l'utilisation de produits phytosanitaires, la vente de variétés résistantes aux maladies permet d'accumuler des CEPP (Certificats d’Economie de Produits Phytopharmaceutiques).


Lire égalementToutes les informations sur les variétés du marché dans notre Guide des Semences.

Les leviers agronomiques à intégrer

Afin de réduire la pression maladies, les leviers agronomiques doivent être mis en place :
  • Rotations longues et diversifiées : elles permettent d'interrompre le cycle de vie des maladies. Avec un précédent blé, la variété devra être soigneusement choisie. 
Lire égalementAvez-vous pensé à intégrer le tournesol dans votre rotation ?
  • Travail du sol avec un enfouissement des résidus qui sont le support des pathogènes.

  • Date de semis retardée.

  • Densité de semis et fertilisation azotée adaptées aux conditions : un excès de végétation favorise les maladies, surtout l'oïdium et la septoriose.
Lire égalementRésistances variétales : comment ça fonctionne ?

Conseils culture

Lutter contre les ravageurs aux stades jeunes c’est protéger son rendement

Lutter contre les ravageurs aux stades jeunes c’est protéger son rendement

Comment bien choisir sa variété de tournesol ?

Comment bien choisir sa variété de tournesol ?

Récolte maïs fourrage : définir le bon stade pour se lancer !

Récolte maïs fourrage : définir le bon stade pour se lancer !