Le jaunissement des parcelles s’observe parfois pendant la période hivernale et peuvent être accompagné d’un ralentissement de la croissance voire d’une disparition de pieds. Dans certaines situations, il est encore temps de réagir.

Dans certaines situations, il est encore temps de réagir. Il faut tout d’abord identifier la cause du jaunissement. Le premier réflexe à avoir est d’identifier si les dégâts sont localisés ou concernent toute la parcelle.

Le jaunissement est localisé sur la parcelle

Il peut être dû à une maladie ou un virus :

La Jaunisse Nanisante de l’Orge (JNO) est transmise par les pucerons qui se développent souvent en petits foyers. Il est trop tard pour réagir. Les moyens de lutte s’utilisent à l’automne contre les pucerons (traitements phytosanitaires en végétation), avec un décalage de la date de semis ou au moment du choix variétal pour les orges. La tolérance variétale permet à la plante de se défendre contre le virus : RAFAELA et LG ZEBRA sont tolérante à la JNO.

La mosaïque est un virus qui commence sa propagation dans le sens du travail du sol. A ce stade, aucun moyen de lutte n’est possible. Le choix d’une variété résistante est la solution. En blé tendre, ASCOTT, AIGLE, AUCKLAND et ALIXAN peuvent être cultivés sur les parcelles contaminées. L’orge LG ZAPPA est résistante à la mosaïque Y2.

Le piétin-échaudage peut engendrer des jaunissements des vieilles feuilles en cas de fortes pressions. Cependant, il sera plus reconnaissable à l’épiaison puisqu’il entraîne des épis entièrement blancs sur l’ensemble du pied. Malheureusement, le classement variétal sur ce critère n’est pas encore établi, des études sont en cours par Arvalis. Des mesures agronomiques, comme la rotation ou la date de semis, le traitement de semences peuvent limiter le risque.

 Il peut être dû à des ravageurs :

Avec la mouche grise, le maître brin est systématiquement jaune. Les mouches sont favorisées par des températures douces, par le non labour et le salissement des parcelles.

Le jaunissement concerne toute la parcelle

Il peut être dû à des incidents climatiques :

Des tâches physiologiques peuvent apparaître sur les feuilles des étages supérieurs. Elles expriment une réaction de la plante à un stress comme des amplitudes thermiques. La nuisibilité est faible.

Les excès d’eau provoquent de l’anoxie racinaire ou un lessivage des éléments nutritifs. Les symptômes se manifestent par un jaunissement des feuilles les plus vieilles.

Il peut être dû aux pratiques culturales :

Une phytotoxicité à des herbicides accompagnée d’un stress peut engendrer des jaunissements. Il peut aussi s’agir de l’action des résidus de désherbants utilisés sur la culture précédente. Un enfouissement des résidus de récolte peut être réalisé en cas de risque. Un temps poussant gommera les symptômes.

Les carences en éléments sont des causes courantes aux jaunissements de la parcelle. Elles peuvent être corrigées par des apports minéraux. La carence en azote touche d’abord les vieilles feuilles. Elle peut concerner l’ensemble de la parcelle ou seulement l’extérieure des bandes d’épandage. La carence en souffre provoque des décolorations ou des stries vert clair à jaune des jeunes feuilles.

Retrouvez les résistances variétales de l’ensemble des céréales du marché dans notre Guide des Semences.

LG vous conseille aussi