Tant en alimentation animale qu’humaine, la qualité sanitaire est primordiale pour garantir la santé des consommateurs.

Les mycotoxines sont des molécules naturelles produites par certains champignons. Cette production n’est pas systématique, même en présence du champignon. Elle est toutefois liée aux conditions climatiques de l’année, au précédent cultural, au travail du sol et à la sensibilité variétale. On distingue deux types de mycotoxines : celles produites au champ pendant la culture et celles produites au stockage.

Les mycotoxines « de champs »

Elles sont produites par des Fusarium et se regroupent sous 2 types de molécules : DON ou T-2 et HT-2. Ces toxines se trouvent en concentration plus importante dans les poussières, les petits grains, les grains cassés et seront éliminées en grande partie par des actions mécaniques : 

  • A la récolte, les grains les plus petits seront simplement soufflés par la machine et resteront dans le champ.
  • Dans le cas des orges, le calibrage va aussi permettre de trier les grains et d’assainir le lot.

Les DON, qu'est-ce que c'est ?

Les déoxynivalénol, communément appelé DON, se retrouvent sur les épis contaminés par la fusariose. Une fois présente, il est trop tard pour agir. Il est important de réduire son risque fusariose

La teneur en DON est réglementée en Europe depuis 2006 pour les céréales destinées à l’alimentation humaine ou animale. En fonction du seuil de la collecte, le débouché des blés ou celui des orges peuvent évoluer.

Grille réglementation DON

En blé tendre, APACHE reste la référence pour limiter les DON. ALIXAN, AUCKLAND, LG ABSALON sont des variétés avec un bon comportement en DON. Le triticale RIVOLT fait partie des variétés peu sensible au DON. En orge, il n’existe pas de classement variétal même si des différences ont été observées.

Les T-2 et HT-2, qu'est-ce que c'est ?

Ces toxines sont produites par F. langsethiae et F. sporotrichoïdes. Elles altèrent la collecte des avoines et dans une moindre mesure l’orge de printemps et le blé dur. Le blé tendre, l’orge d’hiver et le triticale ne sont pratiquement pas affectés. Les niveaux de contaminations plus importants sont observés derrière une céréale à paille. Un semis d’orge de printemps précoce ou à l’automne a été identifié comme un levier pour diminuer la contamination en T-2 et HT-2. 

La présence des toxines T-2- et HT-2 dans les céréales et produits céréaliers a fait l’objet d’une recommandation européenne (2013/165/EU) publiée au Journal Officiel en avril 2013.

Grille Réglementation T-2 et HT-2

Des différences variétales ont été observées mais aucun classement n’est fait actuellement.

Les mycotoxines « de stockage »

Les « mycotoxines de stockage » sont produites par des champignons du genre Aspergillus et Pénicilium. Ces champignons sont produits après la récolte en cas de mauvaises conditions de stockage (degré d’humidité et de température). La ventilation est un des principaux leviers pour réduire les risques de contamination.

L’ochratoxine A est la principale mycotoxine de stockage qui affecte l’orge.

LG vous conseille aussi