Il a testé les maïs HDi® dès l’année de leur lancement, en 2005, et depuis ne les a plus abandonnés. Pour la deuxième année consécutive, il les a retenus pour la totalité de ses surfaces de maïs. Laurent Herbelin, l’un des pionniers de l’utilisation des maïs fourrage HDi® en France, nous explique pourquoi il a opté pour ces variétés LG à haut niveau de digestibilité qui font depuis l’unanimité.

Laurent Herbelin agriculteur Interview de Laurent Herbelin de l’EARL Herbelin LP, à St Ulphace (72)

 Pouvez-vous nous présenter en quelques mots votre exploitation ?

C’est une exploitation familiale que j’ai reprise à mes parents en 1990, avec mon épouse Patricia. Elle se situe dans l’Est du département de la Sarthe, pas très loin des frontières de l’Orne et de l’Eure-et-Loir. Nous avons développé depuis vingt-cinq ans, deux troupeaux en parallèle, un troupeau laitier de Prim’Holstein, et un troupeau allaitant de Blonde d’Aquitaine et de Limousine.

Qu’est-ce qui vous a amené à cultiver des hybrides de maïs fourrage HDi® ?

Je cultive des variétés HDi® depuis leur début, car l’année de leur lancement, j’avais un essai variétal sur l’exploitation. J’ai pu ainsi les comparer à des variétés concurrentes. Dès l’année suivante, j’en ai implantées pour mon troupeau, et depuis, j’en ai ressemées chaque année.

« En 2014 et 2015, les variétés HDi® ont même représenté la totalité de nos surfaces de maïs. »

Quelles variétés HDi® avez-vous semées sur votre exploitation ?

Je me souviens très bien des variétés LG 32.77 HDi® et LG 32.76 HDi® qui ont représenté une large part de nos surfaces de maïs, pendant plusieurs années. Nous sommes ensuite passés à des variétés plus récentes, comme LG 32.64 HDi®. Cette année, nous avions opté pour les deux hybrides LG 32.64 HDi® et LG 30.260 HDi®. Ils ont représenté chacun la moitié de nos maïs car nous les avons semés en mélange dans toutes les parcelles.

J’ai un semoir de 6 rangs, et au semis j’ai réservé deux rangs pour chacune des variétés. Mon objectif est d’obtenir un silo bien homogène. Même si elles n’ont pas tout à fait le même niveau de précocité, la précocité de l’une compense un taux de MS un peu plus faible chez une autre, et au final, on obtient un bon équilibre.

Qu’appréciez-vous dans les hybrides de maïs HDi® ?

Tout d’abord au champ, visuellement, ce sont de belles plantes. Mais ça ne suffit pas bien sûr. Leur avantage vient surtout du niveau de digestibilité des fibres (DINAG). Nous faisons systématiquement une analyse en vert, dès la constitution du silo, avec un prélèvement toutes les deux remorques. Nous effectuons une deuxième analyse du silo dans le courant de l’hiver. Le taux de DINAG varie bien sûr d’une année sur l’autre, mais les variétés HDi® présentent systématiquement 1,5 point de DINAG de plus que les variétés classiques.

En fait, avec les variétés HDi® nous utilisons moins de concentrés. Quand les techniciens comparent notre élevage avec ceux des voisins qui disposent du même niveau de production laitière, nos vaches produisent le même niveau de lait avec moins de concentrés. Le maïs HDi® n’est peut-être pas le seul responsable, mais il y est pour beaucoup chose.

« Les variétés HDi® présentent systématiquement 1,5 point de DINAG de plus, que les variétés classiques. »

 Quel type de maïs allez-vous implanter en 2016 ?

Pour les prochains semis, je vais poursuivre sur ma lancée et opter pour des hybrides 100 % HDi®, mais je n’ai pas encore choisi les variétés. Je suis content de celles que j’avais cette année, mais j’ai aussi vu dans les essais, des nouveautés qui avaient l’air intéressantes.

Retrouvez l’intégralité du témoignage de Laurent dans Fil Rouge n°18, édition du mois de Novembre 2015. Pour vous abonner, cliquez ici.

 Découvrez l’ensemble de notre gamme de maïs HDi en cliquant ici.

Mais fourrage HDi 10 ans bannière

LG vous conseille aussi